Le chocolat

Current Size: 100%

Version imprimable

Le chocolat est un produit culturel en pleine ascension dans le monde, et surtout dans notre beau pays des Sorgues et des Monts de Vaucluse

Le chocolat en Provence...

Associé à un développement touristique intelligent, le concept du Chocotourisme ouvre de larges perspectives au voyage dont l’intérêt principal concerne tout ce qui tourne autour du cacao et du chocolat. C’est un moyen porteur et ludique d’attirer de nouvelles clientèles.

Le premier circuit à avoir vu le jour est celui de la Provence, plus précisément " le circuit Chocotourisme L’Isle sur la Sorgue/Châteauneuf du Pape".

  • A Châteauneuf du Pape, la chocolaterie artisanale Castelain avec son assemblage vin-chocolat, constitue un prolongement délicieux et agréable à ce circuit.
  • A L’Isle sur la Sorgue, la ville accueille en ses murs depuis quelques années, un orfèvre en matière de chocolat : Florian Courreau à la Cour aux Saveurs.

La Cour aux saveurs

Le chocolatier Florian Courreau a ouvert sa boutique de chocolatier en plein cœur de ville. C’est une fabrication traditionnelle de chocolat, nougat et confiseries. Attenant à cette petite boutique on peut apercevoir l’atelier du maître où il officie, en direct. Le mieux pour avoir la chance de l’observer travailler est de venir en milieu de matinée ou d’après-midi. 

La spécialité de la Maison : La Roche du Luberon à base de Nougat, elle saura satisfaire les amateurs de tous horizons.

Florian Courreau est tombé dans la marmite de chocolat lorsqu’il était tout petit. Il est le digne héritier du savoir-faire de son père, Gérard Courreau qui sévit de nombreuses années à Roquebrune sur Argens. Il y a 8 ans, il s’installe à L’Isle sur la Sorgue et développe son « joyau » la Roche du Luberon, délicieux carré de nougat tendre au miel de lavande enrobé d’un nappage à la main de belle couleur orangée. Un délice !

Installée aux abords de la place de la Juiverie, La Cour aux Saveurs est une véritable bonbonnière où la mise en place des « carrés, bâtonnets, bûches… » est orchestrée de main de maître par Sylvie Courreau, sa femme. A travers la vitrine voisine, le spectacle est encore plus surprenant : l’atelier de fabrication est bien visible. Il suffit d’entrer pour découvrir tout l’univers du chocolatier. C’est un vrai plaisir de passer le nez par la porte et d’humer les aromes exquis de cacao. Ce concept, Florian Courreau l’a déjà pratiqué quand il travaillait avec son père. Et cela lui a semblé tout naturel de continuer à être accompagné, dans le geste délicat d’un nappage, par le regard bienveillant des passants.

Ce partage est également un signe de sincérité, car le chocolatier travaille avant tout avec son cœur, aussi bien dans le choix des gestes, que dans celui des arômes ou des épices. Florian Courreau sait qu’il trouvera au Pays des Sorgues de bons produits : miel, lavande… et de vrais amateurs. Pas de conservateurs dans le filage des chocolats noirs ou blonds, dans lesquels viendront se lover épices et fruits de saison. 

En hiver, la truffe et les marrons glacés, puis les nougats, viendront compléter son étal. Outre la « Roche du Luberon », il y a les « Croquantes », savoureuses plaques de caramel, les « Mendiants », plaques de chocolat de tradition provençale aux fruits secs et bigarreaux confits.Un des derniers nés « Anichaï » qui enrobe, dans un chocolat pur beurre de cacao et thé épicé, de la cardamome, du clou de girofle, du gingembre et de la badiane.

Dans la jolie boutique, le choix est vaste entre les trentaines de variétés de bonbons au chocolat, bûches, bâtonnets ou bouchées. Sans compter les nougats, calissons, pâtes d’amande, pains d’épice…