Les lavoirs

Current Size: 100%

Version imprimable

Ce petit patrimoine discret et abandonné aujourd’hui, qui connut pourtant une vie bien intense. Si les pierres pouvaient parler…

Lieux privilégiés des femmes

Ces lieux fondus dans le paysage de l’Isle-sur-la-Sorgue étaient des points de rencontres des femmes, loin des hommes farouchement misogynes. Un espace de liberté ou elles parlaient, cancanaient, médisaient. Lieux de paroles, mais également terrain d’évolutions des mentalités :  « Passage du sale au propre, modification des apparences vestimentaires. L’hygiène est passée par le lavoir » - Charles ALAMOWITCH (Conférence Mémori).

Une vie quotidienne tournée vers la rivière

La vie de L’Isle sur la Sorgue a toujours été tournée vers la rivière. Outre la pêche et l’industrie qui ont permis le développement de notre cité, la Sorgue servait également à l’usage domestique. A de nombreux endroit en ville vous pouvez observer des accès à la rivière. Ces quelques marches servaient à accéder aux bateaux traditionnels à fond plat, les « Nego Chin » mais également à venir chercher de l’eau pour la maison. En plus de ces accès, plusieurs lavoirs étaient répartis autour de la ville. Aujourd’hui trois lavoirs couvert illustrent ce passé, ils se trouvent sur le Quai Frédéric Mistral, le Quai Jean Jaurès et l’Allée de Villevieille.

La Bugade et les Bugadières

La lessive, appelée en Provence, « la Bugade » se faisait essentiellement à la belle saison. D’ailleurs les lavandières provençales étaient appelées « les Bugadières ». Les « grandes lessives » voyaient les villageoises se mobiliser pour le lavage d’une grande quantité de draps, linges et vêtements, en particulier au printemps. Endroit de convivialité et d’échanges, le lavoir était un des principaux lieux de vie du village.
Aujourd’hui ces lavoirs restent des lieux agréables où il fait bon se reposer, à l’ombre, les pieds dans l’eau, lors des fortes chaleurs.