La colline de Thouzon

Current Size: 100%

Version imprimable

Une colline aux maquis de chênes verts

La colline de Thouzon est essentiellement constituée de calcaire et est peu cultivée. En effet, la roche, souvent à nu ne permet pas de plantation dans sa plus grande partie. Elle s'est formée au même moment que celle du Luberon et des Monts de Vaucluse.  Elle offre un paysage sec, et est couverte d'un épais maquis de chênes verts et de quelques vergers d'oliviers. Les chênes verts occupent les lieux pierreux où la culture n'a pas pu s'implanter, ce qui donne un aspect mystérieux à l'endroit.

Des floraisons printanières de toute beauté

L'entretien des différentes cultures, vignes, vergers, lavandins, est très irrégulier. Les olivettes en particulier, occupant la plupart des terrasses, sont souvent envahies par des chênes verts, pistachiers, térébinthes et autres arbustes. Si la physionomie générale de Thouzon varie peu d'une saison à l'autre, les arbres à feuilles persistantes étant dominants, les floraisons printanières sont cependant abondantes et très colorées.

Dès le mois de mai, la végétation se met au repos. En été, seules quelques espèces fleurissent. La colline de Thouzon offre également plusieurs plantes rares et menacées et des études scientifiques ont révélé son grand intérêt floristique.

Site privilégié des promenades familiales

Bien que propriété privée, ce site est le vrai parc public du Thor et nombreuses sont les promenades familiales ou sportives.

Rappelons que les véhicules à moteur y sont interdits, qu'en aucun cas on ne doit y faire du feu, y couper des arbres, sortir des chemins tracés ou chercher d'hypothétiques trésors. Visiteurs,

Ne laissez que les traces de vos pas !

Le Château Prieuré de Thouzon

Dominant la colline, le Château Prieuré de Thouzon est un ensemble architectural médiéval et moderne dense qui occupe une superficie de 1600 m2 environ.

Le site est constitué de deux chapelles et de bâtiments annexes protégés par une double enceinte Les parties les plus anciennes sont attribuées au début du XIe s. et constituent les vestiges d’un prieuré bénédictin fondé par les moines de l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon. Fortifié dans le courant des deux siècles suivants, il se vit doter d’un impressionnant système défensif dans lequel une première courtine flanquée de quatre tours devait s’inscrire dans un autre périmètre.

C'est dans le courant du XIIIe s. que le site prendra son aspect actuel : un quadrilatère entouré d'une enceinte et composé de quatre ailes entourant un espace central ouvert restreint. Cette configuration s'est établie à partir de l'église Sainte Marie, la chapelle Saint Pierre restant à l'extérieur et à proximité de l'enceinte.

Inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, le site fait l'objet d'un programme de mise en valeur et d'études sous l'impulsion de l'Association pour le site de Thouzon.