Au fil de la Sorgue

Current Size: 100%

Version imprimable

La Sorgue

C'est d'abord un bruissement d'eau puis des villages qui s'étirent dans la fraîcheur des berges.

La Sorgue tient une place primordiale dans la vie et l’histoire de ce territoire, elle en fait sa richesse et son originalité.

La Sorgue a une température constante en toute saison de 12° à 13°.

Le long des quais, le véritable patrimoine historique, c’est l’eau. Il faut suivre les rives, vagabonder et laisser aller son esprit à la rêverie

 

C’est à Fontaine de Vaucluse, que cette eau limpide voit le jour surgissant du gouffre. La Sorgue présente un débit extraordinaire en période de crue. Les eaux qui bondissent à Fontaine de Vaucluse, proviennent de l’infiltration des eaux de pluie du Plateau d’Albion, de la Montagne de Lure et de la fonte des neiges du sud des Monts de Vaucluse.

Quelques kilomètres plus loin, à l’Isle sur Sorgue, la Sorgue se partage en 2 comme pour étreindre son Isle. Dans les ruelles, elle se faufile et joue avec les roues… écoutez le clapotis de l’eau qui vaut au village le surnom de « Venise Comtadine ».

Tous ces bras se rejoignent au Pont des Cinq Eaux, la Sorgue presque reconstituée va poursuivre son cours vers Le Thor pour aller enlacer Notre Dame du Lac, la belle romane….

La Fontaine

Avec un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an, cette source est la première de France, et une des plus importantes au niveau mondial, par son volume d’eau écoulé. Elle résulte de l’émergence d’un immense réseau souterrain. Source fraîche et paisible en été, bouillonnante et impétueuse au printemps-automne, la Fontaine, véritable caprice de la nature ne cesse d’intriguer curieux et chercheurs depuis l’antiquité.

Les eaux qui bondissent à Fontaine de Vaucluse proviennent de l’infiltration des eaux de pluie et de la fonte des neiges du sud du Mont Ventoux, des Monts de Vaucluse et de la Montagne de Lure qui représentent un « impluvium » de 1240 km2 et dont l’unique issue demeure la Fontaine.

Si les crues spectaculaires du printemps-automne suscitent l’étonnement et l’admiration des visiteurs (90m3 par seconde) par contre, l’écoulement régulier durant l’été et durant les saisons d’absence de pluie restaient plus énigmatique pour les spécialistes.

Ils réalisèrent des expériences de coloration dans les cours d’eau souterrains du massif calcaire, les spéléologues ont mis en évidence l’existence de collecteurs, véritables drains naturels alimentant la Fontaine de Vaucluse. C’est à ce jour la source la plus étudiée au monde, des centaines d’études et d’ouvrages à son sujet existent.

La fin du XIX° siècle voit se dérouler la première tentative de plongée du conduit noyé de la Source, et plus d’un siècle d’audacieuses explorations permettent aujourd’hui de comprendre partiellement le mystère de son fonctionnement et l’origine des eaux.

Un livret est disponible dans les Maisons de Tourisme de L’Isle sur la Sorgue et Fontaine de Vaucluse qui expliquant en détail le fonctionnement de la source de Fontaine de Vaucluse.

Le Partage des Eaux

Lieu incontournable, c’est la perle verte de l’Isle sur la Sorgue. Anciennement appelé Espélugues qui signifie « grotte, cavité » à une époque il a été rapporté qu’il y avait une cavité profonde dans laquelle les eaux de la Sorgue auraient disparu pour réapparaitre plus loin.

Son origine remonte à la nuit des temps car c’est au Partages des Eaux, le bien nommé, que la Sorgue, qui a pris naissance à Fontaine de Vaucluse, se sépare naturellement en deux branches.

Encore de nos jours, comme un miracle sans cesse renouvelé, le Partage des Eaux offre aux l’islois comme aux visiteurs un cadre encore préservé. La fraîcheur de son eau constante, été comme hiver à 13°c. La limpidité de ses eaux où l’on maintient la tradition de la pêche, rivière de 1ère catégorie piscicole.

Laissez vous envoûter par ses eaux claires et fraîches si chères à Pétrarque et peut-être que vous pourrez apercevoir telle des sirènes, les Fantines, les Nymphes de la Sorgue.

Aujourd’hui il existe un sentier d’interprétation de la Sorgue, au départ du Bassin Bouïgas, durant 1,5km découvrez les attraits de cette rivière à travers des panneaux explicatifs qui vous mèneront jusqu’au Partage des Eaux où un espace agréable aménagé de table de pique-nique ou encore de délicieux restaurants vous attendent.

La Sorgue et la pêche des années de passion

Bordé à l'est par le Rhône, au sud par la Durance, le Vaucluse possède des rives classées en 1 ère catégorie piscicole, et des rives classées, en 1 ère catégorie, les rivières où les truites dominent.

Pour la truite, et l'ombre commun, c'est vers la Sorgue que se tournera le pêcheur, pour une pêche de qualité sur des poissons sauvages, particulièrement méfiants. Une eau pratiquement toujours claire, de bon niveau, où toutes les techniques praticables en première catégorie pourront s'exercer à loisir : Mouche, toc, cuiller,... Attention, le réseau des Sorgues de 1 ère catégorie piscicole bénéficie d'une réglementation spécifique et très protégée.

48 espèces piscicoles sont actuellement recensées en Vaucluse. Les pêcheurs habitaient dans les rues aux noms évocateurs : rue de la Loutre, de l’Anguille, de la Truite, de l’Ecrevisse…

De temps immémorial, les habitant de l’Isle eurent le droit exclusif de pêcher dans la Sorgue de la source jusqu’au Rhône. Ce droit est confirmé déjà dans les privilèges accordés à la communauté le 31 juillet 1237. Ces privilèges restèrent en vigueur jusqu’à la réunion du Comtat Venaissin à la France en 1971. On péchait plus de 10 000 écrevisses par jour jusqu’en 1960.

La pêche à la fichouire se pratique avec un trident à 7 branches. Cette manière de pêcher est une tradition.

 

Fédération de Pêche du Vaucluse :
Président Philippe LALAUZE
575 Chemin des Fontanelles
84800 L'ISLE SUR LA SORGUE

9 h à 12 h et de 14 à 16 h du lundi au vendredi

tél. : 04.90.86.62.68

fax : 04.90.86.11.90

 

Contact

Site internet