Le marquis de Sade

Current Size: 100%

Version imprimable

L’héritier de la Maison de Sade

Donatien Alphonse François de Sade est l’héritier de la Maison de Sade, une des plus anciennes maisons de Provence. Entre 4 et 10 ans, son éducation est confiée à son oncle, l’abbé Jacques-François de Sade, au château de Saumane.

Sade a trente ans lorsqu’il dilapide la dot de sa femme et ses revenus. Il fait réparer son château de La Coste (bien dégradé) de quarante-deux pièces et donne libre cours à sa passion pour la comédie : construction d’un théâtre à Mazan, aménagement de celui de Lacoste et embauche de comédiens. Il envoie des invitations à la noblesse des environs à des fêtes et à des représentations théâtrales dont il est le régisseur et le maître de scène. On peut considérer que ce fut le premier festival de théâtre de l’histoire.

Figure du patrimoine littéraire français

Longtemps réduit au statut d'écrivain pornographique, le marquis de Sade est aujourd'hui considéré comme une illustre figure du patrimoine littéraire français. Derrière sa plume érotique et amorale se cache la critique féroce de la société de l’ancien régime. Elevé et éduqué chez les jésuites au collège de la cavalerie royale, Sade passe une grande partie de sa vie en prison où il mourra. Ses moeurs et ses écrits – « Les Cent vingt journées de Sodome ou l'école du libertinage », « Justine ou les malheurs de la vertu » - étaient autant de provocations libertines et révolutionnaires que la société napoléonienne ne pouvait que réprimer. Héritier des Lumières, il fait de la renaissance philosophique de l'individu une apologie de la débauche, de la cruauté et de la satisfaction systématique de tous les vices. En projetant les fantasmes de l’homme, le marquis de Sade ouvre un pan nouveau et influence nombre d’artistes, notamment les surréalistes et leur dénonciation des interdits culturels.

Les séjours du Marquis au Pays des Sorgues

Le marquis de Sade fait de nombreux séjours aux châteaux de Lacoste, de Mazan et de Saumane. Il vécu 7 années au château de Lacoste en 1771. Et il fait de nombreux séjours au château de Mazan. Après la révolution, celui-ci resta la propriété de la famille de Sade jusqu’en 1850.